Mes girls !

Publié le par B+

Depuis bientôt un an, à mon travail (quand j'y suis... Enfin quand il y a du boulot !) il y a deux adorables jeunes filles qui occupent le même poste que moi (faudra que je demande l'appellation exacte du poste d'ailleurs, mais en gros on fait du « character design » sur une série d'animation, enfin je fais le mauvais caractère et elles, le bon design !). Je les appelle : « mes girls » !

 

Dit comme ça, vite fait, je vais passer pour un macho libidineux, alors il va falloir que j'explique un peu aux plus narquois, au plus moqueurs aux plus spirituellement mal tournés d'entre vous que non, non je ne suis pas un pervers obsédé qui aime à rabaisser les jeunes filles à la hauteur de sa frustration, non je ne suis pas un gros (enfin si gros je le suis, un peu beaucoup quand même autour du nombril, anatomiquement parlant j'entends hein ! C'est le ventre autour du nombril, n'essayez pas d'étendre le spectre de la circonférence au delà de sa juridiction !) membre de la famille des porcins à la testostérone surdéveloppé, non je ne suis pas un mateur compulsif les yeux aimantés de corsages en fessiers, non, non et non. Je n'irai pas jusqu'à me vanter d'être une personne délicate et sensible, mais quand même si ! Je les appelle « mes girls » tendrement !

 

A l'origine c'est effectivement une blague entre collègues de bureau, blague datant du moment ou mon ami P, qui 39 heures par semaine (quand j'y suis... Enfin quand il y a du boulot !) cesse de devenir mon ami de 20 ans pour se transformer en chef d'équipe (dans le jargon de l'animation on appelle ça un réalisateur), à fait passer des entretiens d'embauches. En toute honnêteté, car il est honnête mon ami P, même avec sa casquette de chef il reste honnête mon ami P, sans aucune forme de sexisme il a recruté celles qui allaient devenir « mes girls ». C'est vraiment pas de chance, les personnes qui correspondaient le mieux au travail à effectuer alors (à l'époque j'y étais... Et il y avait du boulot !) étaient ces deux charmantes jeunes filles. Vraiment pas de chance ! Arf mince alors ! Zut de zut de mince de flûte alors ! Comme j'avais un mois d'ancienneté (ouais ça rigole pas, j'en avais de l'expérience sur ce projet !) la lourde tache de leur expliquer en quoi aller consister leur travail m'est incombé. C'est ainsi, que plusieurs semaines avant leur arrivé, on les appelait déjà, en rigolant, « mes girls ». Rien de bien avilissant, juste un peu de potacherie, pas de quoi nous faire un procès de mauvaises intentions ! En plus pour ma défense, je ne savais même pas à quoi elle ressemblait à ce moment ! Arf je m'enfonce...

 

Je n'irai pas jusqu'à dire que c'est devenue une appellation complice, car je suis sur qu'il y a des jours mes « ça va les girls ? » doivent les agacer un tantinet, mais on va dire que c'est mignon et si le terme n'est pas très juste pour les décrire elles, on peut dire qu'il décrit très bien la « bavardise » coquine de celui qui l'emploie. « Bavardiseur » coquin je suis donc, mais mes intentions comme mon cœur sont purent !!!

 

Bref, c'est mes girls et puis c'est tout ! C'est d'ailleurs tellement mes girls que je suis un peu Bosley, dans « Charlie's Angels », je suis juste le gros qui rigole derrière son bureau en faisant un peu l'intermédiaire avec Charlie (je ne connais d'ailleurs toujours pas l'identité du Charlie de la prod ! Ce doit être le producteur !) tandis qu'elles font le véritable boulot, celui qui nécessite un vrai talent ! (Je vais vous épargner le couplet où je me rabaisse pendant six chapitres en louant le génie des autres, mais en fait je me suis permis cette petite galipette verbale en introduction du vrai pourquoi j'écris une bloggouillerie sur mes girls.) Parce que le plus important avec mes girls, ce n'est pas qu'elles soient charmantes, mais qu'elles sont talentueuses et même si je leur ai jamais dit vraiment, j'aime beaucoup ce qu'elles font. Ce qu'elles font ? Elles dessinent. Oui. Leurs univers sont très différents, on pourrait simplifier en disant que l'une est plus colorée et l'autre plus picturale, mais ce serait un raccourci un peu simpliste. Quand je regarde leur travaux, je trouve que ça leur ressemble beaucoup, même si on sent les influences, mais à une époque où la vie déborde d'images dans tous les sens, il est difficile de se démarquer d'un trait et c'est souvent dans les choses spontanées que tout s'exprime. J'aime les sourires qui me montent en feuilletant leurs blogs. Ce ne sont que des blogs, juste des vitrines avec des échantillons, il y a surement des carnets cachés quelque part dans un tiroirs sous clé, des ratures poétiques que la pudeur tiens à l'écart, mais en attendant, les bouts d'encre éparpillés sur ces pages nous laisse entrevoir mille possibles. Bien sur, sur internet, on perd le geste, le grain, l'odeur du plomb, de la peinture ou des feutres, toutes ces petites choses que photoshop à digéré pour n'en restituer que l'apparence, mais peu importe les outils employés, ce que j'aime ici, c'est que ça vibre.

 

Alors voilà, il y a Jessica et il y a Virginie. Je n'ai pas l'intention de vous faire partager mes appréciations individuelles sur ces deux personnes pour qui j'ai énormément d'affection, mais c'est chouette de faire équipe avec elles. Je ne m'étalerai pas plus en compliments, je vous propose de suivre ces deux liens en cliquant sur les images et de vous laisser promener...

 

colo.jpg 16967193_p.jpg

 

Dés lors je m'éclipse, mes mots on fait assez de bruit par ici pour aujourd'hui.

 

 

B+

Publié dans Images

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> B+ et ses drôles de filles... ça ferait un chouette projet de dessin animé :-)<br /> <br /> <br />
Répondre